Réussir en temps de pandémie

food bank

ENGLISH

On vous le pardonnera si vous avez froncé les sourcils lorsque Banques alimentaires Canada a lancé une campagne de 150 millions de dollars le 18 mars, la journée même où le premier ministre du Canada annonçait la fermeture des frontières du pays pour tenter de contrer la propagation de la pandémie de COVID‑19.

« Alors que le virus continue de se propager, nous avons décidé de prendre des mesures importantes pour assurer votre sécurité et celle de votre famille », a déclaré le premier ministre Trudeau dans son point de presse. « Je sais qu’il s’agit de vastes mesures. Ce sont des circonstances exceptionnelles qui exigent des mesures exceptionnelles. »

La fermeture des frontières et de certaines industries allait conduire des millions de personnes au chômage, et la vulnérabilité des personnes sans emploi deviendrait flagrante en quelques jours à peine.

Au moment de l’annonce du premier ministre, Tania Little, CFRE, directrice du développement et des partenariats chez Banques alimentaires Canada, était déjà en isolement depuis près de deux semaines. Le 6 mars, son mari avait été en contact avec un des premiers cas signalés au pays.

« Pendant mon isolement, j’ai été vraiment prise par ce qui se passait au sein de notre réseau alimentaire mondial », dit-elle. « Les responsables de la sécurité alimentaire prenaient le pouls de la situation sur le terrain dans tous les pays du monde, et ce, depuis le début de la pandémie à l’automne 2019. »

Tout le reste de l’équipe de Banques alimentaires Canada étant passé au télétravail le 13 mars, les membres de la direction ont commencé à se réunir quotidiennement. Le dimanche 15 mars, Mme Little savait que le couple d’acteurs Ryan Reynolds et Blake Lively prévoyait faire un don à Banques alimentaires Canada et à Feeding America.

Elle a rencontré le chef de la direction, Chris Hatch, et l’équipe de direction de Banques alimentaires Canada pour discuter de la possibilité de lancer une campagne. C’est le moment idéal pour parler de la sécurité alimentaire, leur a-t-elle dit.

« Je travaillais chez Banques alimentaires Canada depuis sept ans, j’avais tissé des liens étroits avec nos donateurs et les membres de l’équipe, donc je savais que nous allions connaître du succès », explique-t-elle. « À mes yeux, le moment était idéal pour Banques alimentaires Canada de sortir publiquement et de faire entendre sa voix en tant que chef de file national. »

Chris Hatch et tous les membres de la direction l’ont appuyée.

« Nous avons annoncé le lancement de la campagne le 18 mars, et avons alors pu annoncer que Ryan Reynolds et Blake Lively avaient fait un don de 750 000 $ à notre organisme. On ne pouvait demander mieux qu’un premier don aussi important versé par des célébrités pour amorcer la campagne », soutient Mme Little.

Puis le 8 avril, le premier ministre Trudeau annonçait que Banques alimentaires Canada allait recevoir la moitié des 100 millions de dollars que le gouvernement débloquait pour répondre aux besoins alimentaires urgents des Canadiens vulnérables.

Et la campagne allait bientôt recevoir un autre coup de pouce lorsque les quatre grands réseaux de télévision nationaux se sont alliés pour produire et diffuser un concert de 90 minutes pour montrer aux Canadiens leur résilience dans les moments difficiles. Banques alimentaires Canada a été choisi comme bénéficiaire du concert Stronger Together/Tous ensemble.

« Au début, les réseaux examinaient six organismes de bienfaisance nationaux. Lorsqu’ils nous ont choisis, il restait neuf jours pour préparer l’émission », explique Mme Little. « Nous avons travaillé en collaboration avec les principaux conglomérats médiatiques et l’équipe de production d’Insight Productions pour présenter la situation de manière authentique, ainsi que pour apporter du contenu et pour aider à produire les segments sur les banques alimentaires. »

Tania Little raconte qu’ils ont communiqué avec sept organismes du réseau des banques alimentaires et qu’ils ont obtenu en moins de 24 heures sept histoires dont l’équipe de production a fait le montage afin de les présenter dans le cadre du concert télévisé. Pendant ce temps, la liste des célébrités qui participeraient à l’émission ne cessait de s’allonger, jusqu’à inclure, à la toute dernière minute, le rappeur Drake.

La collaboration entre les différents partenaires a été exceptionnelle, précise Mme Little, et à la diffusion du spectacle, elle est restée rivée devant son écran tellement la réalité des personnes vivant dans l’insécurité alimentaire était bien présentée.

« En ce qui concerne la collecte de fonds, nous avons été estomaqués. Au cours d’une année normale, nous avons environ 2 000 donateurs. C’est un petit programme », explique Mme Little. « Le soir de la diffusion de l’émission, simultanément dans tous les fuseaux horaires, nous avons été au téléphone de 17 h 30 à 1 h du matin environ. Et dans la semaine qui a suivi, nous avons été au téléphone 12 heures par jour pour répondre aux généreux Canadiens qui voulaient aider. »

« Une fois tous les détails réglés, nous avions acquis 165 000 nouveaux donateurs en sept jours », ajoute-t-elle.

Dès le 12 mai, moins de deux mois après le début de la campagne, Banques alimentaires Canada déclarait au magazine Strategy que l’organisme avait amassé plus de 80 millions de dollars, dont 50 millions du gouvernement fédéral, 12 millions de particuliers, 8 millions du concert Stronger Together/Tous ensemble et 18 millions provenant d’entreprises partenaires et de fondations privées.

« Nous avons eu la chance que cela fonctionne pour nous », déclare Mme Little. « Nous avons eu l’audace de demander aux Canadiens de nous soutenir, et ils ont été nombreux à se rallier à notre cause et à donner généreusement. »

Depuis la mi-mai, Banques alimentaires Canada a recueilli 40 millions de dollars additionnels en promesses de don, ce qui porte le total à un peu plus de 120 millions de dollars.

« Nous procédons en ce moment à une collecte de données, nous réalisons une enquête sur la COVID et nous parlons aux banques alimentaires d’un bout à l’autre du pays », explique Mme Little. « Nous prévoyons une augmentation substantielle, d’environ 30 %, du nombre de clients des banques alimentaires en raison de la COVID, plus particulièrement lorsque les programmes d’aide sociale prendront fin cet automne. »

À l’heure actuelle, il y a chaque mois au Canada environ 1,1 million de visites dans une banque alimentaire. Une augmentation de 30 % porterait ce chiffre à presque 1,5 million.

« Qu’arrivera-t-il lorsque les programmes fédéraux de soutien au revenu seront réduits? Ce sujet nous préoccupe grandement. Comme 56 bénéficiaires de l’aide social sur 100 ont recours aux banques alimentaires, nous surveillons la situation de près. Déjà, on voit des gens se faire expulser de leur domicile, perdre leur voiture », indique Mme Little.

« Au vu des statistiques sur l’aide sociale, sur l’emploi et sur les fermetures d’entreprises, de la lenteur de la reprise économique et de tout ce qui se passe actuellement, il y a de quoi s’inquiéter », ajoute-t-elle.

« Certaines variables font en sorte qu’il est difficile de faire des prévisions, car les organismes n’utilisent pas tous les mêmes ensembles de données et la situation de chacun peut varier. Par exemple, le recours à la Daily Bread Food Bank, à Toronto, a augmenté de 53 %, mais pourrait avoir chuté dans d’autres collectivités. Chaque banque alimentaire détermine ses propres besoins en fonction de sa propre situation », explique Mme Little.

Le 13 août, le gouvernement fédéral a annoncé la création du Programme de récupération d’aliments excédentaires, un partenariat avec des organismes de lutte contre l’insécurité alimentaire, dont Banques alimentaires Canada.

« Le Programme de récupération d’aliments excédentaires est une initiative fédérale novatrice de 50 millions de dollars qui doit réorienter un grand volume de produits excédentaires hautement périssables qui doivent être écoulés d’urgence (fruits, légumes, viande, poisson et fruits de mer) », a déclaré l’honorable Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire. « Ces excédents ont été créés parce que la pandémie de COVID‑19 a entraîné la fermeture d’une grande partie de l’industrie de la restauration et de l’hôtellerie, privant de nombreux producteurs du principal marché pour leurs produits alimentaires. »

Banques alimentaires Canada fait partie de la coalition chargée de distribuer les aliments excédentaires aux Canadiens vulnérables.

« Nous sommes très reconnaissants de cet investissement du gouvernement fédéral », a déclaré Chris Hatch. « Cela permettra de mettre à profit l’expertise approfondie de la chaîne d’approvisionnement et les connaissances du réseau de banques alimentaires de manière à aider le plus efficacement possible les Canadiens en situation d’insécurité alimentaire. Nous sommes reconnaissants de pouvoir établir des partenariats plus étroits au sein du système agroalimentaire et d’aider à faire en sorte que les aliments disponibles et très nutritifs nourrissent des gens dans le besoin et permettent une gestion responsable des ressources. »

Banques alimentaires Canada n’a pas créé un argumentaire de campagne traditionnel. L’organisme a plutôt mis sur pied le microsite iate.ca.

« Il nous reste 29 millions de dollars à amasser d’ici mars 2021 pour atteindre notre objectif et distribuer les ressources aux banques alimentaires afin de les aider à répondre aux besoins constants des communautés à l’échelle locale », mentionne Tania Little.

Banques alimentaires Canada distribue les fonds toutes les deux semaines, soit 50 millions de dollars en espèces et 40 millions en produits alimentaires. Huit millions de repas ont également été préparés au Centre Rogers, à Toronto. L’organisme vient de publier sa première déclaration d’impact.

« Le fait d’avoir mené de front la campagne de financement, l’établissement des partenariats et la gestion de la chaîne d’approvisionnement a été exceptionnel », déclare Mme Little. « Avant la COVID, nous n’avions pas vraiment de relations avec les Producteurs laitiers du Canada, pas à l’échelle nationale du moins. »

Ce nouveau partenariat comporte un volet de don et volet d’achat, ce qui signifie que 3 millions de dollars de yaourts, de lait et de produits fromagers seront à terme distribués par l’intermédiaire des banques alimentaires locales.

« Nous avons besoin de tels partenariats et nous avons l’intention de poursuivre nos efforts pour en établir d’autres. Nous sommes reconnaissants envers les personnes, les fondations, les entreprises et le gouvernement fédéral qui investissent pour faire en sorte que l’argent et les aliments se rendent dans les communautés afin de venir en aide aux Canadiens au moment où ils en ont besoin. »

Paid Advertisement
Want The Latest AFP & Fundraising News Delivered To Your Inbox?Sign Up Now!

Recommended for You

Members: Sign in to view your personalized recommendations!

Sign in